le Cercle Libertin du Nord – LANDA59

24 octobre, 2007

VOS QUESTIONS « SENS PRATIQUE »…

Classé sous Non classé — landa59 @ 9:57

Pensez-vous qu’il existe des lieux plus prédisposés que d’autres pour croiser des exhibitionnistes ? Non, de nos jours pip042.jpgune femme affranchie, émancipée sort en portant la même tenue vestimentaire aussi bien pour réaliser ses courses dans son hyper marché ou pour se rendre chez son coiffeur sans le moindre embarras. Il est fréquent de croiser des femmes portant des tenues vestimentaires 53091118904061609112053.jpgexhib411.jpgtrès courtes, très provocantes lorsque vous sortez en discothèque, lorsque vous allez déjeuner dans un self service, lorsque vous vous rendez dans une administration. Dans des villes dans lesquelles la population est dense et où il y a beaucoup d’administrations, les occasions s’offrent à vous au quotidien. Dans ce cas précis vous croisez généralement des exhibitionnistes passives. Mais nous pouvons vous certifier qu’il est fréquent d’entendre le témoignage de femmes qui furent abordées spontanément par l’invitation d’un homme à prendre un verre dans l’intention d’assouvir dans la demi-heure suivante une escapade. Et l’inverse est aussi vrai. De nos jours une femme libérée n’hésite plus à allumer, à conquérir un homme dans le but de se le faire. Certes, cela semble étonnant. Trois jeunes femmes ont voulu nous prouver cela en trainant un vendredi soir à Lille dans un hyper marché, une terrasse d’un grand café ainsi qu’une surface IKEA. Le résultat, en moins de 90 minutes toutes eurent au moins un rendez-vous formel de conclu.

Les personnes aimant l’exhibition peuvent-elles encore aujourd’hui assouvir ce plaisir ? Oui mais elles seront confrontées inévitablement à des contraintes du fait du comportement irresponsable d’un grand nombre d’individus. Nous vous rappelons que la réglementation n’a jamais interdit à une femme de porter une tenue vestimentaire dévoilant ses atouts dès lors qu’il n’y avait pas une réelle motivation à outrager et, qu’il n’y avait pas d’actes de réalisés. (Voir le détail de l’article concernant ce sujet) > (L’exhibition sexuelle dans le cadre du droit). Pour les personnes désireuses de dépasser les limites de la réglementation judiciaire, il est impératif de le faire dans des cuisineikea2.jpglocaux, parcs privés en veillant à respecter certaines règles de sécurité. Nous concernant, LANDA59 a déjà pris ces initiatives à partir de 2002 (lors de la création de l’association)  de créer des « Plans Exhibe » pour permettre à des personnes de vivre des scénarios osés. 156676572.jpgcuisinenouvelle.jpg6aaaa2.jpg(Concernant ce sujet nous fumes aussi vivement critiqués à l’époque ! Curieusement, nous constatons depuis 15 mois un revirement d’opinions !). Le but étant de permettre à des femmes de s’exprimer librement et de dévoiler leurs atouts physiques, sexuels d’une manière totalement impudique et indécente dans toutes circonstances. Les plus émancipées n’hésitent pas à se montrer totalement ou pratiquement nues. Se sont généralement des endroits inhabituels dans lesquels se déroulent ces événements. Pour réaliser ce type d’événement, LANDA59 négocie en accord avec des patrons d’établissements public et privé le prêt de locaux commerciaux avec forcément leur consentement. Ainsi des « Plans exhibe » sont régulièrement réalisés dans des parkings souterrains, des bureaux, des escalators, des concessions automobiles, des selfs service, des boutiques commerciales, des parcs, des chantiers… . Durant ce temps les libertins peuvent user et abuser des infrastructures en présence de mateurs sélectionnés par nos soins. C’est l’opportunité de réaliser leurs fantasmes et même d’assouvir parfois des rapports sexuels en toute sécurité. Nous garantissons ainsi à la totalité des personnes de ne commettre aucuns délits répréhensibles avec la réglementation en vigueur. C’est également un moyen efficace de les protéger du flot habituel de bricoleurs et d’actes  crapuleux en tout genre.

Y a-t-il des règles à respecter pour qu’une exhibition marche ? Elles sont nombreuses mais nous devons déjà insister sur le fait que ce type d’événement nest pas un numéro de cirque, ni un scénario de sourds et de muets, ni un plan pour des analphabètes. Pour réussir « un plan exhibe » il est nécessaire de rassembler des personnes ayant un certain degré d’intelligence, aimant la provocation à outrance sans demi-mesure et, en toutes circonstances. Il faut surtout des complices respectueux, intentionnés. Les primitifs, les sauvages, les idiots congénitaux sont à proscrire. Il d361.jpgest primordial que les femmes soient hardies, qu’elles bénéficient de beaucoup d’aplomb, d’assurance, de sang froid (ou plutôt de sang chaud). Il faut aussi qu’elles soient particulièrement douées à communiquer lors de toutes circonstances. La communication d371.jpgfessee72.jpgexhib44.jpgstraponjanepromo43bis1.jpgétant fondamentale. Une femme doit avoir la dextérité à séduire au moyen du regard pour interpeller et inviter des partenaires à venir la rejoindre à ses pieds afin d’amplifier le jeu à son grès. Les informations transmises doivent être très explicites afin qu’elles puissent être décodées instantanément par les mateurs. Les femmes endossent en quelque sorte le rôle d’une meneuse d’hommes ou de troupe. Se sont elles qui vont donner l’impulsion, le tempo, la chorégraphie et rythmer la cadence. La totalité des épisodes sont brefs. Il n’est donc pas envisageable d’improviser des conférences de presse pour expliquer aux mateurs les choix impromptus, décidés en cours de parcours par l’exhibitionniste. Il y a une exception à cette règle. C’est le scénario consistant à se qu’une femme soit exhibée et offerte par jeu par son époux. Ce cas de figure est très fréquent. Dans ce cas précis, les rôles sont inversés et c’est au mari d’endosser la responsabilité d’orchestrer avec tact, délicatesse le scénario. C’est souvent un fiasco car peu sont doués pour assumer avec succès ces responsabilités. Contrairement aux idées préconçues, une exhibition libertine ne doit pas se limiter à une parade en mini jupe, en cuissarde et/ou en talon aiguille. Dans ce cas de figure cela se prénomme un défilé de mode. Nous concernant, nous avons opté pour un autre registre nettement plus jouissif. Inévitablement beaucoup de circonstances inopportunes peuvent contribuer à nuire au succès d’un « Plan Exhibe ». Le plus fréquent est celui causé par le comportement inadapté du mari à l’égard de sa femme. Cela représente 65% des cas. Si ce dernier est jaloux, il supportera très mal les excès et le succès de celle ci. Il dévalorisera son exhibition en entravant maladroitement toutes ses initiatives audacieuses. Il usera et abusera de stratégies malhonnêtes, adoptera un langage déplaisant à l’égard des mateurs, chamaillera, prendra une mine rébarbative dans l’intention de nuire à tout. En quelques secondes c’est l’échec assuré. Mais la responsabilité des mateurs est également engagée et surtout leur qualité humaine. Même avec la bonne volonté de l’exhibitionniste si elle est confrontée à une tribu de primitifs, de sauvages…, elle aura infiniment de gêne à s’éclater sexuellement. L’exhibe c’est donc aussi un tandem. Mieux vaut être bien accompagné si vous désirez un plan fructueux. Nous voulons aussi réitérer nos recommandations concernant l’hygiène. Un plan Exhibe n’est ni un marché aux bestiaux, ni un festival de gorets. Ayez donc une hygiène irréprochable. Les effluves identiques à ceux d’une poissonnerie ou d’une pissotière ne sont pas compatibles pour favoriser le plaisir.

Existe-t-il un moyen de savoir si les complices avec lesquels nous envisageons de réaliser un plan exhibe seront bons ?  Il faut rappeler le caractère principal de l’exhibition. C’est l’action impromptue de se dénuder pour attirer l’attention d’un public non consentant. Cela sous entend donc donc un effet de surprise. Dans le cas où un exhibitionniste cherche un ou des complices avec un profil ciblé pour réaliser une exhibition, cela relève inévitablement d’une exhibition active. Les auteurs ont donc l’intention d’associer à leur exhibition un acte sexuel, (voir la définition juridique de l’acte sexuel). Le fait de pratiquer une simple exhibition passive ne nécessite pas de chercher un public avec des qualités précises. Par contre, si l’exhibitionniste souhaite y adjoindre un acte sexuel, il est compréhensible d’en chercher. Attention … aux risques encourus pour ces faits réalisés dans des lieux publics ! Une exhibition active nécessite d’entreprendre une démarche identique à celle d’une relation libertine ou échangiste. Il macumba1.jpgfaut prendre le temps de communiquer pour découvrir et connaître les personnes. Si vous n’avez pas des aptitudes à lire dans une boule de cristal, il est 2687092821.jpg0007.jpgmontretesseinsbig001.jpgindispensable de réaliser cette démarche. Existe-t-il des indices incontournables pouvant assurer aux voyeurs que les exhibitionnistes ne sont pas des farceurs ou des plaisantins ? Existe-t-il un moyen de mesurer leur authenticité ? Pour un mateur, l’un des meilleurs moyens pour apprécier la crédibilité d’un couple exhibitionniste est le feeling. Après se seront plutôt des indices révélateurs concernant leur état d’esprit général. Les mines antipathiques, insociables, les personnes sales, celles se plaisant à s’éterniser, à tuer le temps ou uniquement à provoquer avec mépris, à narguer sont à proscrire définitivement. A bannir systématiquement toutes les personnes étant sous l’emprise de l’alcool ou w841.jpgde la drogue, celles refusant de communiquer ou ayant un comportement vulgaire ou violent. Une femme voulant réellement s’amuser ne s’éternise jamais au-delà d’un délai maximum de 15/20 minutes. Au delà de cela si rien ne se passe vous êtes en présence de ec45696ea0adde71.jpgzoek31651b3.jpgfabulateurs. Cela représente aujourd’hui 85% des personnes prétendant être des exhibitionnistes actifs ou passifs. L’unique moyen de mesurer l’authenticité et la qualité d’une exhibitionniste est le résultat. Seul le résultat compte ! Notre réponse va encore être l’occasion d’entendre des meuglements retentir dans les chaumières. Combien de sauvages vont encore s’écrier en lisant la suite de nos propos. L’un des indices le plus fiable pour apprécier la qualité d’une exhibitionniste consiste à compter le nombre de queues levées. C’est le baromètre le plus fiable. Pour les filles c’est le nombre de pupilles diluées. Un plan exhibe trouve tout son sens et son succès dans un délai très court. La plage de séduction ne doit jamais s’éterniser indéfiniment car les personnes s’épuisent et, c’est source à de nombreuses incompréhensions. Dès lors le plan part en vrille.

15 septembre, 2007

LES SOIREES PRIVEES ECHANGISTES…

Les soirées privées sont ancestrales. De tout temps des soirées privées libertines existèrent et, notamment à Versailles ainsi que dans de grandes demeures bourgeoises. La spectaculaire partouze de Eyes Wide Shut de Stanley fluoerotiqueuio.jpg23bisbis.jpgKubrick les a popularisées. De nos jours celles ci réapparaissent en force. De nombreuse raisons expliquent cette cause. Les personnes à la recherche de partenaires décidés, sérieux et partageant une philosophie identique d’une relation purement libertine, confortable, discrète choisissent de nos jours les soirées privées qui répondront totalement à toutes ces attentes. Celles ci regroupent généralement des personnes qui se connaissent ou au pire partagent une même idée. Ils peuvent être des connaissances ou des amis d’amis. Le parrainage est courant et est la garantie généralement de nouvelles connaissances sérieuses. Il arrive très souvent d’inviter ou de recommander des personnes que l’on connait bien au image145mr.jpgsens biblique du terme pour assurer une sélection harmonieuse des invités. Une soirée permet de réaliser une mise en scène sexuelle plustarareidandparishiltongettingdrunk.jpg intime, de créer une ambiance chaleureuse car l’aspect privé dégage un climat de confiance propice à l’expression des désirs et délires de chacun. A l’inverse des clubs qui génèrent des comportements stéréotypés, elles les soirées permettent aux participants d’exprimer leur fantaisie dans des cadres chaleureux et intimes. Elles réunissent des personnes issues du même réseau, ou cooptées par des invités et dans ce cas la communication est très aisée, l’état de convivialité prend tout son sens. Toutes les personnes présentes étant cautionnées par des gens de confiance ou des amis. Parfois des clauses de bonnes conduites peuvent être régies par un contrat moral. Dans le cas du non respect de celles-ci, canader.jpgl’exclusion du ou des participant(s) est immédiate, définitive. Des poursuites peuvent être également envisagées dans le cas de faits graves. L’atmosphère d’une soirée se déroulant dans un lieux connu ou par une connaissance de confiance ne réserve pas de mauvaises surprises. L’accès à une soirée de ce genre n’est jamais à la suspicion car les invités habitués d’assister à des événements de ce genre sait bien que chacun est au courant des rôles des autres et du sien. Les cw84.jpgomportements sont plus spontanés et libres, le principe de réciprocité est moins restrictif : les mouvements de l’un n’induisent pas forcément les mêmes chez l’autre. Les personnes habituées aux sorties en club sont agréablement surprises lors de leur première visite par l’ambiance qui y règne. Ils sont très souvent déconcertés par les rires, td1bis.jpgl’amitié qui s’échange naturellement. Les remarques les plus souvent renouvelées concernent la facilité des relations entre les invités, la lumière, la sympathie qui s’y dégage, le respect, l’esprit festif. Les espaces n’ont pas d’utilisation  aussi distinctes et précises que dans les clubs : différentes relations peuvent naître et se dérouler simultanément partout dans un climat de confiance. Les relations sexuelles peuvent se dérouler suivant les propriétés dans les canapés du salon, sur un fauteuil Voltaire sur le palier, à côté d’un couple qui sirote un cocktail maison, dans une chambre, dans une salle parfois agencée spécialement avec un matériel spécifique, dans la piscine … libre aux uns et aux autres de laisser gamberger son imagination. Les relations sexuelles elles20etaient20une20quinzaine.jpgdurent plus longtemps car il n’y a pas toute la pict3168f.jpgpartie laborieuse de l’approche, celle de la prise de contact et de « drague » à réaliser. Beaucoup de temps d’économisé sur ces différents déroulements car les personnes se connaissant toutes ou presque  cela fait gagné beaucoup de temps, parfois superflu ou même inutile. Une soirée privée offre le précieux avantage de filtrer, d’affiner à l’extrême la sélection de ses invités en sélectionnant des invités avec des critères précis. L’âge, le sexe, le type de rapports ou de relations qu’il est appelé à s’y dérouler, le nombre d’invités sont ces paramètres de sélection les plus fréquemment utilisés. C’est également par ce moyen que les invités peuvent être informés avec précision du style de la soirée à laquelle ils vont assister.     

LES BOITES ECHANGISTES…

L’image sélecte des clubs d’autrefois dont l’entrée était souvent réservée aux initiés, de nos jours elle est ternie. La médiatisation, les reportages dont ils font l’objet révèlent un autre aspect de l’échangisme. Ce renversement de point de vue vient peut être de la déception d’une certaine catégorie de libertins qui imaginaient y trouver le raffinement et l’esprit affranchi des libertins du XVIIIe siècle. Le manque évident d’élégance de la plupart des établissements libertins, la clientèle passive qui les fréquente et, qui y est même souvent égarée, perturbée par des problèmes relationnels auxquels sont confrontés notamment des couples. De nombreux individus fracassés par beaucoup de désillusions. Dans les années 60 la seule possibilité pour les couples d’assouvir leurs plaisirs libertins était de se rendre dans des hôtels de rencontres situés dans de grandes villes. Les premiers « clubs échangistes » commencèrent à apparaître dans la capitale dans les années soixante. Pour les premiers il s’agissait d’établissements semi clandestins. De nombreux d’entre eux connurent de nombreux démêlés avec la police malgré la fréquentation très « people ». De nos jours certains patrons désirant ouvrir un club échangistes connaissent encore quelques difficultés pour créer un établissement de ce genre. Il arrive encore qu’une ville ou un département s’y oppose ou tout au moins met des freins pour la délivrance de certaines obtentions administratives préfectorales, municipales… . Néanmoins cela est beaucoup plus facile qu’autrefois. A la fin des années quatre vingt dix, l’échangisme apparut comme un nouvel Eldorado. Dans ce secteur on découvrit alors la création de nombreux clubs réalisés par des amateurs du libertinage. Le résultat de vocations spontanées. C’est le cas pour de nombreux clubs en Bretagne, la corse, l’Auvergne ainsi que dans le Sud. Cette situation à tendance à se marginaliser car l’augmentation de la clientèle échangiste dans certaines régions Françaises attire une nouvelle catégorie d’exploitants. Ces nouveaux venus sont intéressés par l’opportunité financière. L’appas des gains prend toujours le dessus plutôt que l’état d’esprit et le plaisir de réaliser des soirées ayant une âme. Aujourd’hui de nombreux patrons clubaze.jpgde discothèques traditionnelles se reconvertissent d’une façon soudaine dans l’échangisme. Mais le taux de réussite dans la durée demeure très faible. La totalité des clubs sont calqués sous la même conception. Un espace de drague ou d’exploitation dans lequel est implanté le bar, la piste de danse et les banquettes. Rt un espace « zones de frottements », constitués de passages qui mènent aux coins câlins. Les couloirs qui mènent aux alcôves accueillent des comportements plus anonymes où les contacts physiques font croire à une attitude involontaire de la part du toucheur et du touché qui devraient être normalement des lieux d’éveils. Lorsque les coins câlins sont vides, les individus qui s’étaient aventurés s’en retournent avec ce constat : « il ne se passe rien », « il n’y a rien », « c’est mort » et restent dans la zone d’exposition de la piste de danse. L’espace de « drague » est normalement destiné à se rencontrer, être un endroit de communication. C’est rarement le cas. La majorité des établissements proposent aux clients un vestiaire fermant à clefs, un sanitaire afin qu’ils puissent se doucher avant et après les rapports ainsi qu’en grande majorité une petite restauration sur place. Le buffet traiteur se limite généralement aux crudités achetées dans les célèbres magasins de discount alimentaire et qui sont le traditionnel saladier de céleri, carottes, betteraves, taboulé, tomates, macédoine, deux sortes de pâté, du jambon, du rôti froid, du poulet froid. En guise de pâtisserie vous aurez le choix entre l’incontournable yaourt, la mousse au chocolat ou le traditionnel pudding ! Dans le meilleur des cas vous pourrez parfois déguster un plat gastronomique improvisé par le célèbre chef cuisinier et qui sera rien d’autre que le patron. Il aura le plaisir de vous faire déguster sa célèbre choucroute ou cassoulet Maison en boite de chez Ed.       

Quelques clubs sont confrontés à des difficultés financières grandissantes. Afin de donner un nouveau souffle à leur établissement certains n’hésitent pas à investir dans du nouveau matériel hammam, jacuzzi, piscine, sauna afin d’essayer de séduire une nouvelle catégorie de clients et de donner un nouvelle orientation déguisée à leur établissement, (sauna libertin, les plaisirs des thermes, centre aquatique libertin …). Pari audacieux car les frais d’exploitations et d’entretient de ce type matériel est exorbitant à l’usage. Dans le temps un grand nombre lésinent à acheter les produits d’entretient qui sont très onéreux et cela à des conséquences néfastes pour la santé de la clientèle car c’est un vecteur de développement de maladies de la peau et notamment de verrues, champignons … .  Nous recommandons donc aux clients d’être très vigilants et de s’assurer que les traitements sont biens effectués et surtout dans les délais requis.  

Ne vous y trompez pas il y a encore de nos jours beaucoup de clubs qui ont encore l’obssession d’exceller dans la qualité. Cet état d’esprit vous le ressentez dès les premiers instants lorsque vous franchissez la porte du club. Cela se traduit notamment par sa propreté, son organisation, un accueil irréprochable qui devrait être digne des grands Palaces, sa manière de vous recevoir, le souci du détail, de la perfection. Par contre pour d’autres cela sera l’obsession de la rentabilité du tiroir caisse coûte que coûte. Cela se traduira forcément par la volonté de vous baiser dans tous les sens du terme. Ces derniers auront l’art de toujours vous raconter des salades, des discours confus qui ne seront rien d’autre qu’ « un miroir aux alouettes » ou pour être plus direct « des pièges à cons ». Un conseil, persévérez ne restez pas sur une mauvaise impression. Bougez, n’ayez pas peur d’en essayer de nouveaux afin d’avoir votre propre opinion et n’en restez surtout pas aux recommandations faites par votre voisin. N’ayez pas la crainte de vous rendre dans de grandes structures, de grands clubs. Sachez que ceux là ont un niveau d’exigences très élevé. Ils ne badinent avec la qualité. La qualité c’est leur image de Marque. Leurs ressources financières sont très élevées se qui leur permet d’entretenir le club sans rencontrer la moindre difficulté financière et donc de vous assurer des structures confortables ainsi qu’une sécurité optimale. Sachez aussi que ce type de club n’a pas besoin d’avoir recours à des entrées remisées pour le remplir.  Si toutefois une Mercedes et une 2cv sont l’une et l’autre des voitures mais l’investissement financier n’est pas identique ni leur confort. Le résultat concernant l’entrée des clubs est le même. Le tout est un choix et, il vous appartient de le faire.

14 septembre, 2007

LES FEMMES FACE AU JUGEMENT PITOYABLE DES RELATIONS ECHANGISTES…

L’apparition et le développement des clubs échangistes sont relativement récents dans certaines régions Françaises. De nos jours il est encore fréquent d’entendre des personnes mépriser l’existence des établissements libertins de même que la clientèle osant les fréquenter. Certainement qui n’ont jamais songés que l’élu de leur coeur  incarnant souvant le Dieu, la fidélité, l’amour chimère, la perfection  pouvait commettre des entorses au contrat moral en fréquentant également en solo et en toute discrétion ce type d’endroit. 1185451004.gifVisiblement de nos jours l’épanouissement sexuel est encore considéré comme un délit dans beaucoup d’esprit. Aussi curieux que cela puisse paraître il semblerait encore préférable à notre époque d’entretenir des relations avec un ou des amants, une ou des maîtresses plutôt que de se risquer à pousser la porte d’un établissement libertin dans lequel divers individus s’y retrouvent pour s’y divertir, se relaxer et assouvir des relations sexuelles honnêtement. Alors imaginez-vous l’inconscience d’une femme voulant s’y rendre seule ! A notre époque, est-il normal qu’une femme puisse oser se divertir sexuellement et prendre son pied ? Combien de femmes aujourd’hui doivent encore se soumettre au choix de leur conjoint pour les relations sexuelles qu’elles se doivent d’endure. 48% d’après une récente enquête très sérieuse. Ceci démontre une fois de plus qu’il est encore  très difficile pour un grand nombre de femmes de pouvoir revendiquer encore une libido débridée, parfois au risque même d’être considérée par l’opinion public pour une  »salope ». Heureusement les préjugés se dissipent, non sans difficultés mais s’atténuent quand même au fil du temps. L’autonomie de la femme, son indépendance, les complicités féminines qu’elles se plaisent à entretenir ensemble, les revues spécialisées défendant leur cause mais aussi leur émancipation contribuent à les voir  davantage dans des saunas, des clubs, des soirées privées, accompagnées ou seules. Cela prouve qu’elles assument mieux leur vie libertine, sans complexes pour découvrir de nouvelles expériences. Des réunions de vente de lingerie ou d’accessoires sexuels à domicile contribuent à discuter de ce sujet librement, d’échanger de bonnes adresses et même pour certaines de faire naître l’envie de franchir le pas.

Parfois des points positifs marqueront les esprits, souvent pour le plus grand bonheur de cette nouvelle génération de femme et, pour d’autres ébranleront les esprits de la gente masculine. L’une des premières remarque c’est qu’un certain nombre d’hommes sont déconcertés par le plaisir que peuvent prendre les femmes lors de certains échanges. Beaucoup d’hommes sont contraints de constater qu’une femme sait et peut enchaîner les orgasmes alors que le leur est restreint. Pour un grand nombre d’entre eux c’est une révélation et pour elles c’est l’occasion de découvrir aussi la diversité et l’intégralité naturelle de verges ainsi que de la manière de s’en servir. C’est souvent l’occasion pour les maris de prendre l’initiative de passer à autre chause en invoquant des tas de mauvais prétextes afin à la contraindre de revenir à des pratiques sportives moins risquées ! Celle qui aura pu parfois connaître  pendant quelques minutes, les frissons du suprême plaisir, différemment, prodigué par différents partenaires, retournera dans le lit conjugal où il y a fort à parier qu’elle s’ennuiera sec. En suite il lui reviendra la dure tâche de donner les suites à laquelle elle rêve de sa vie conjugale ou sexuelle .        

Une femme libertine est très valorisée dans le milieu échangistd1.jpge. Les compliments ne manquent pas pour désigner une femme qui assume sa sexualité. Parfois de la part des hommes c’est aussi un moyen d’aborder, de racoler. Un compliment ne coute rien … et il peut rapporter gros ! Mais les compliments sont souvent exprimés après une relation sexuelle. Dans le cas où la libertine est accompagnée d’un amant ou de son mari c’est lui qui en bénéficiera toujours. « Elle est bonne ta femme  » ! Le remerciant après la partie de jambes en l’air, comme quand on rend un objet que l’on a emprunté à son voisin !  Dans de pareilles circonstances le mari à l’impression d’assister à la cérémonie des remises des césars destinée à récompenser les mérites du meilleur professeur qui a contribué à enseigner d’excellentes pratiques sexuelles à son épouse ou à son amie. Ce type d’éloge nécessitera toujours se sa part d’improviser un numéro de comédie spécial. Le mari en profite donc dans de pareilles occasions pour déambuler en se dandinant devant son ou ses admirateurs comme un CONquistador ou un suprême matador pour conter l’enseignement prodigieux qu’il a su inculquer au cours de mirobollantes escapades libertines en tout genre.  

d42.jpgDans le passé les jugements étaient méprisants, injurieux envers les femmes incestueuses qui vivaient une vie amoureuse tumultueuse. Que dire de ces femmes au corps ardent comme Cléopâtre qui naguère s’offrait pour son plus grand plaisir à ses esclaves sans oublier ses mémorables orgies. Comme par le passé elles continuent d’exulter leurs plaisirs, elles s’éclatent mais autrement suivant leur condition féminine, leur autonomie et le temps qu’elles peuvent disposer. Il y a quand même un changement majeur survenu ces dernières années dans la manière dont le peuple juge au quotidien ces nouvelles libertines. Par ailleurs autrefois les mots les plus habituels utilisés pour qualifier l’attitude légère d’une femmes se limitaient à « salope, putain, garce ». Aujourd’hui ces mots sont toujours exprimés de la même manière mais certainement très souvent entendus d’une manière plus louable, plus honorable pour gratifier un comportement osé, vertueux, vaillant d’une femme qui ose afficher publiquement sans la moindre honte normalvous2c2520me2520faites2520languir2ccest2520trop2520bon212121.jpgau grand jour sa manière de s’émanciper et de vivre sa sexualité. De nos jours dire à son épouse « tu es ma salope … » cela sous entend qu’elle est tout simplement excellente au lit. Cette dernière se sent très honorée, très valorisée de ce compliment. Citer ce même mot dans le même contexte à une femme de 50 ans il y a 20/30 ans, l’auteur risquait d’être trucidé sur place.  Désormais, Il est courant que les épouses demandent à leur époux de les appeler même dans la vie courante « ma petite pute », « mon adorable salope » plutot que « ma biche » ou  »mon petit coeur »… . En dehors de la vie de couple c’est également la même chose. Récemment une journaliste de télé déclarée lors d’un interview  »j’aime être une salope, j’assume cette condition et je pense qu’il est de notre devoir de femme d’être une pute, une garce lorsque l’occasion se présente. Nous aussi nous sommes libres et heureuses de l’être… ». Oui il y a réellement un changement qui s’opère de nos jours dans la manière de juger une femme dans sa façon de vivre sa sexualité au grand jour. Nous pouvons l’apprécier et s’en estimer heureux. C’est certainement le seul et l’unique réel changement qu’il nous est possible de mesurer de nos jours.

8 septembre, 2007

OSER OUVRIR LES YEUX SUR L’ECHANGISME …

                     

   

LES INFOS SUR L’ECHANGISME

                      bouches.gif    LANDA59

 

landa59.jpg agenda.jpg lieuxcoquins.jpg

 

 

1122379591bis1.jpgCette pratique sexuelle consiste en un échange temporaire entre partenaires consentants, à assouvir entre deux ou plusieurs couples une relation sexuelle dans un divertissement commun par jeu. Mais il est également courant qu’un couple désire partager une relation essentiellement qu’avec un ou plusieurs complices dès lors qu’il s’est accordé et entendu sur l’acte, les détails leur paraissant fondamental de cette relation qui doit être partagée ensemble. Il peut se pratiquer en des lieux privés ou en des lieux publics réservés à cet effet, tels que les boites de nuit échangistes. Les sites nudistes tels que le Cap d’Agde sont également propices pour le développement de cette pratique en raison de leur singularité. La majorité de ces relations sont réalisées dans les clubs échangistes, des bars et occasionnellement au domicile des libertins.

D‘après les statistiques il y aurait en France près de 500 établissements libertins. Il y aurait en france 400 000 personnes qui pratiqueraient l’échangisme mais ce chiffre reste très estimatif car c’est difficile de savoir exactement combien, car on n’ose jamais en parler ouvertement. Qui sont les échangistes ? Les hommes et les femmes fréquentant les clubs échangistes forment une population très hétéroclite. Les deux tiers d’entre eux ont entre 35 et 45 ans, mais on rencontre également des bonnesoeur12bis.jpgclients accusant largement la soixantaine ou de très jeunes couples. Il est très difficile d’évaluer à quelles catégories socioprofessionnelles appartiennent les échangistes. LANDA59 évalue qu’une majorité de libertins seraient des fonctionnaires, des professeurs, de nombreuses personnes exerçant des professions libérales, des professions médicales ainsi qu’un gros pourcentage dans le commerce. Ce n’est évidemment pas la profession qui les prédispose au libertinage mais la possibilité d’organiser leur temps libre suivant leur convenance. Dans les soirées dont l’accès est réservé qu’aux couples en club, la couche sociale est plutôt moyenne mais celle ci à tendance à s’élever aujourd’hui. En région Parisienne la classe sociale reste et demeure très nettement supérieure à la moyenne, voir très élevée et l’ambiance des soirées s’en ressent car la clientèle est plus affranchie donc plus prédisosée à s’amuser rapidement. Il faut souligner qu’un grand nombre de clubs réalisent une sélection franche de la clientèle par le prix de l’accès au club. Cela est souvent le cas pour les clubs Parisiens, Lyonnais, Bruxellois. Les soirées privées elles ressemblent de plus en plus à une classe sociale très élévée avec des invités sélectionnés avec beaucoup de soins. La clientèle des clubs est souvent éclatée sur le plan géographique. Se sont généralement des hommes et des femmes qui n’hésitent pas parfois à parcourir de longs trajets en majorité essentiellement pour des raisons de discrétion. La population noire ou magrébine est sous représentée même absente du fait des réflexions et pratiques racistes courantes à leur encontre qui sont perpétuées dans ces lieux. Si toutefois ils sont des partenaires vivement appréciés par les femmes pour leurs vertus physiques dont ils possèdent, par ils ne le sont absolument pas par la gente masculine. De gros efforts restent encore à réaliser à ce sujet. 

1182007935.jpgCette quête éperdue de sexe, propre à l’espèce humaine, ne date pas d’hier : les grecs anciens mettaient en scène des jeux plus débridés. Sans évoquer le Marquis de Sade ou des Liaisons dangereuses. N’oublions pas que Versailles fut également l’un des plus grands clubs échangiste à une certaine époque. Chaque époque laisse, à sa façon, une place à la réalisation des fantasmes. Le XXe siècle aura-t-il simplement popularisé des pratiques vieilles comme l’humanité ? La vraie nouveauté de nos jours est ailleurs : elle réside aujourd’hui dans l’importance que ces comportements sexuels extrêmes revêtent au sein du couple moderne. Ce n’est plus avec un amant, une maîtresse ou des aventures passagères qu’on développe sa sexualité, c’est avec son conjoint. Après le couple institutionnel puis le couple romantique, voici venue l’ère du couple sexuel qualifié de « moderne ». Désormais on ne demande plus seulement à son couple de la sécurité ou des sentiments mais il faut aussi qu’il exprime des sensations sexuelles fortes. Le couple est devenu incontestablement le support identitaire de la sexualité. Les gens veulent se faire reconnaître, une identité au sein même de leur couple comme des êtres sexués. Ils cherchent ensemble lors de leurs escapades une certaine reconnaissance, une certaine identité, de nouvelles sensations. Mais là le pari n’est pas gagné car c’est beaucoup plus compliqué. Pour essayer de s’y persuader soit même beaucoup ont recours à un maquillage à outrance, portent des tenues vestimentaire extravagantes, certains tentent même d’adopter des comportements frolant ceux de la bestialité. De nos jours 65% des couples des couples échangistes sont des couples en crise parce que l’un ou l’autre ne se sent pas exister « sexuellement » en tant qu’homme ou en tant que femme. Alors de nos jours la tendance actuelle est d’essayer d’y remédier en ayant recours à l’exploration partagée des émotions fortes. Beaucoup pensent avoir recours à « l’échangisme » car cette pratique pourrait leur semble t’il les aider à se reconnaître, à se reconquérir, à se retrouver. Malheureusement beaucoup de miracles ne sont pas exaucés. Aujourd’hui figure dans le hit parade des fantasmes les plus évoqués par le couple le triolisme, la sodomie, l’échangisme. La relation bisexuelle figure dans le peloton de tête pour les femmes. Il y a vingt ans, la mode était au désordre amoureux, à la dispersion. Désormais, on sent la nécessité d’organiser dans le cadre du couple dit « couple moderne », un besoin de fantaisie. La question se pose : la transgression sexuelle est-elle devenue l’avenir du couple ? Dans un sondage réalisé très récemment auprès de couples les rapports sexuels de groupe et l’échangisme sont les fantasmes de loin les plus répandus pour 54% des réponses. Mais du stade du fantasme à la réalité un monde sépare souvent les véritables libertins qui trouveront leur plaisir dans ce type de relation. Les clubs échangistes recueuillent souvent ce type de clients du fait qu’ils offrent la possibilité de vivre toute la palette des fantasmes au prix d’un. Par contre toute la clientèle se rendant dans ces établissements n’est pas toujour91mrz1an6.jpgs compatible l’une avec les autre car les attentes et les fantasmes des uns et des autres divergent ainsi que sur la manière de procéder.

Quels sont les dangers des relations échangistes ?  On s’aperçoit régulièrement qu’une femme peut devenir simplement l’objet de l’autre au sein de la relation du couple et rien ne va plus. L’indifférence transporte alors dans la solitude, le désarroi l’épouse progressivement l’entente s’amenuise. Souvent la jalousie fait violemment irruption dans le ménage. L’un des conjoints, l’homme le plus souvent n’a pas réalisé à quel point il se sentirait exclu des sensations vécues par sa femme avec des tiers. Il n’est pas rare que l’époux use d’un comportement hautain pour dissuader la gente masculin d’aborder son épouse. Souvent il adopte en quelque sorte la stratégie d’un jeune coq de bassecour, en allant au-devant de ses rivaux, invente de nombreux faux prétextes inventés dans l’instant, n’hésite pas à user à l’occasion de diverses stratégies humiliantes pour dissuader son interlocuteur de poursuivre si il se démontre persévérant. Certaines épouses peuvent apprécier le comportement vaillant et guerrier de leur mari mais il pour d’autres épouses il n’est pas rare qu’elles se rebiffent violemment face à ce comportement jugé égoïste. Pour pouvoir vivre ce semblant de « liberté », il est indispensable d’avoir un très grand équilibre au sein du couple, partager une très grande complicité, aimer communiquer et faire partager naturellement ses sentiments, ne surtout pas souffrir d’une jalousie maladive, posséder de grandes capacités à la compréhension, à l’écoute, savoir observer et deviner et cela va de soit disposer d’une très grande cheval2.jpgouverture d’esprit. Dès lors que l’une de ces conditions fait défaut, il est préférable de s’abstenir. Très loin de la libération sexuelle revendiquée et du « couple moderne » qui nous firent promis par les les médiats, la réalité est que peu de couple survivent à cet état d’esprit. Cet état de faits laisse même parfois paraître que ces comportements sexuels sont une nouvelle prison pour un grand nombre d’individus. Un moyen inconscient pour hommes de maîtriser une sexualité féminine qui leur fait peur, libérée de ses carcans sociaux depuis seulement quelques décennies. Il est également fréquent que les hommes demandent à leur épouse d’une manière détournée de participer à la réalisation de leurs fantasmes. Conscient que la présence d’un homme seul est très mal perçu dans les soirées échangistes il la harcelle en la mettant dans une position intenable par rapport à son identité de « femme moderne ».   »Soit tu dis oui, soit tu es complètement coincée … ».  Le désir d’un mari ayant l’intention d’abuser de la présence de son épouse à des fins personnelles pour s’introduire facilement dans les soirées échangistes ne fera qu’accélérer la faillite de son couple.

A chacun et chacune d’identifier ses limites. Ce n’est pas la nature de l’acte qui est importante mais la façon dont on l’accomplit, l’intention inconsciente ou pas qui motive cet acte. De nos jours les rapports échangistes de certains couples peuvent s’identifier non pas à un désir de partager des rapports avec une grande complicité mais plutôt à des rapports de force, de chantage ou encore de caprices d’enfants gâtés. Le pervers utilise l’autre comme un objet pour la satisfaction de ses désirs personnels. Il ne la voit plus comme sujet vivant et sensible. Il ne respecte pas ses peurs, ses fragilités, ses envies. L’autre n’existe plus en tant qu’être humain indépendant mais bien en tant qu’objet de manipulation. La normalité serait alors la capacité dans les jeux sexuels, de passer symboliquement du statut d’objet du fantasme de l’autre à celui de sujet et inversement, sans jamais oublier que son partenaire existe en tant que personne. Sans vouloir assurer que les relations sexuelles sont imposées aux femmes par leur mari, il semble que l’initiative soit laissée à l’homme par de nombreuses femmes. Les femmes n’ayant pas souvent l’occasion d’exprimer leurs opinions et fantaisies pour le déroulement des rapports; elles seraient alors limitées dans leur choix et dans leur désirs qu’à accepter ou refuser. Il faut observer que cette situation est ressentie plus ou moins bien suivant les régions. Dans le Nord elle est généralement très bien vécue. Cette cause peut s’expliquer du fait que la libération féminine dans notre région est récente. Beaucoup de femmes l’ont toujours à l’esprit, parfois la vive encore et la considère comme légitime.

la vie de j-c-m |
my video |
tilou3329 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyeur à la plage
| Diaporamas PPS Sexy
| microbik